A la découverte des Parcs Nationaux de l’Ouest Américain

 

En début d’année, je suis partie 3 mois aux Etats-Unis, seule, avec mon sac et mon envie de liberté. Aucune idée de ce que j’allais y faire, juste deux billets d’avion en poche, un Paris – Los Angeles et un San Francisco – Paris.

Au final, j’ai passé quelques semaines sur la route lors de trois roadtrip : un trajet reliant les différents parcs nationaux aux « alentours » de Los Angeles, un second à la conquete du Mexique et un dernier reliant Los Angeles à San Francisco par la fameuse Pacific Coast Highway.

Au fur et à mesure, j’ai pu partager mes images sur Instagram (@lisah_voyages), ce qui a suscité quelques questions sur mes trajets et bons plans. J’ai donc décidé de vous parler ici du road trip à travers les parcs nationaux !

Les formalités de départ

Avant de prendre votre voiture à la conquete de l’Ouest, faut-il encore passer les quelques étapes nécessaires à l’entrée aux Etats Unis !

Si vous êtes touriste français, vous avez droit à 90 jours sur le territoire Américain. Et par 90 jours, ils n’entendent pas 3 mois, alors il faut faire attention en réservant ses billets d’avion. Niveau paperasse, il vous faudra faire une demande d’ESTA (https://esta.cbp.dhs.gov/esta/). Quelques minutes sur internet et allégé de 14$, et il ne vous restera plus qu’à attendre quelques jours avant de recevoir le Graal par email.

Pensez également à vérifier que votre passeport est bien valable plus de 6 mois après la date d’entrée sur le sol Américain.

Côté billet d’avion, j’ai tendance à utiliser Google Flight qui permet de comparer les prix en fonction des dates.  Pratique quand vous n’avez pas de dates précises en tête. Un coup d’oeil également aux autres comparateur en ligne, type Skyscanner. 

Je suis partie avec la compagne Norwegian à l’aller et Blue Air au retour. Côté tarif, je m’y suis pris deux semaines à l’avance et les billets A/R m’ont coûtés un peu moins de 400€. J’ai voyagé avec juste un bagage en soute et je m’étais rencardée sur les envois de colis histoire de limiter les coûts de bagages supplémentaires. Comptez environ 20€ pour un demi kilo et environ 100€ pour 20kg.

Je suis également partie avec une assurance santé.  J’ai contracté chez AVA Assurance le plan santé AVAnture qui m’a couté 177€ pour 3 mois. A noter que j’ai pu tester les hopitaux californiens et leurs couts exorbitants (environ 3 000€ pour deux consultations de médecins et l’achat d’antibiotiques). Je suis donc bien contente d’être partie assurée, d’une part car AVA a recherché pour moi les medecins et a pris des nouvelles régulièrement de mon état (ce qui est assez appréciable quand on voyage seule…) mais aussi pour le remboursement rapide et simple de la totalité des frais.

Côté forfait téléphonique, j’ai opté pour un forfait chez B and U à 25€ par mois qui comprenait pour les Etats Unis : appels et sms/mms illimités, internet 30Go. C’est plus avantageux financierement de changer de forfait avant de partir. Les forfaits sur place sont très chers (comptez 45$ pour 2Go d’internet). 

Le Road Trip 

Après toutes ces formalités remplies, direction le premier road trip que je vais vous détailler jour par jour. 

A noter que j’ai réservé tous les hotels le jour même, sur Booking. J’ai toujours jeté un oeil aux différents comparateurs et également sur AirBNB mais Booking était quasiment toujours le plus avantageux. De plus, quand vous faites plus de 12 réservations sur Booking, vous devenez Membre Genius et vous bénéficiez d’avantages dans de nombreux hotel : réduction de 10%, arrivée anticipée ou départ tardif. Plutot cool, sachant qu’il n’y a aucune démarche à effectuer, vous voyez juste la mention « genius -10% » sur certains tarifs.

Je n’ai pas eu de mauvaise surprise sur les motels / hotels. Je ne vais donc vous partagez ici que les bons plans.

Jour 1
Découverte de LOS ANGELES et début du road trip

Arrivée à l’aéroport de Los Angeles assez tard, j’ai pris un hotel pas très loin de l’agence de location de voiture afin de partir tôt le matin.

J’ai donc passé la première nuit à Gardena (Motel 6) après un trajet Aéroport – Gardena en Uber. C’est le moyen de transport que j’ai privilégié lors de ces 3 mois, étant peu couteux, sûr et très pratique.

Pour la location de voiture, après quelques comparaison de tarif, j’ai loué une véhicule de type « Chrysler 200 ou similaire » auprès de l’agence Alamo par le biais du site Rental Cars. Je ne savais pas en partant combien de temps allait durer ce premier road trip, j’ai donc loué la voiture pour 12 jours, au tarif de 313€ en kilométrages illimités. Je recommande vraiment ce loueur de voiture, les tarifs sont canons (sur le net, pas sur place…) et il n’y a pas d’attribution de voiture. C’est à dire que vous arrivez sur un grand parking avec des pancartes indiquant les catégories, et vous prenez n’importe quelle voiture. Mon choix c’est donc porté sur une superbe Dodge Charger ! L’avantage c’est qu’avec mon téléphone Android et l’appli Android Auto, je n’ai pas eu besoin de payer un supplément pour avoir un GPS, et que je n’ai pas eu à m’embeter à trimballer (et lire) des cartes.

Une fois dans la voiture, j’en ai profité pour aller découvrir Santa Monica et son Pier au nord ouest de Los Angeles. Sur place, on peut profitez d’attractions pour petits et grands, aller manger dans différents restaurants (dont le fameux Booba Gump avec sa boutique qui permet de repartir avec des goodies du film Forest Gump) ou encore écouter quelques groupes de musique. Après cette visite d’environ 3 heures sur place, je suis repartie direction la seconde étape.

Cliquez sur les images pour les agrandir 

Ensuite j’ai filé à Burbank au nord de L.A. pour me promener sur Magnolia Boulevard. Cette avenue a la particularité d’être remplie de boutiques vintages. Parmi mon top 3, on retrouve :

Unique Vintage : pour dénicher de superbes tenues Pin Up. Plusieurs rayons : spécialisé années 20, chaussures, accessoires et vetements 40’s à 60’s. Il s’agit exclusivement de neuf.

Besame Cosmetics : cette boutique vend du maquillage inspiré des années 40. Ce sont de vrais petits bijoux et les vendeuses sont adorables. Idéal pour y dénicher un joli rouge à lèvre ou du mascara rétro.

Mystic Museum : une boutique de type « cabinet de curiosité » où on peut acheter toute sorte d’objet anciens : du sarcophage aux anciens outils médicaux.

Sinon pour tous les amateurs de vintage, la rue regorge de fripperies, plus ou moins bon marché.

J’ai ensuite pris la route direction San Bernardino (Welcome Inn Colton) pour y passer la nuit.

Jour 2
SAN BERNARDINO > PALM SPRINGS (1h30)

Sur la route, j’ai souhaité faire un petit détour par Palm Springs. Peut être avez vous déjà entendu parlé de cette ville pour son architecture vintage de qualité ou encore lors du Festival Coachella qui se déroule dans la ville voisine. 

Sur place, j’ai commencé par un passage au Visitor Center afin de me renseigner sur les différentes randonnées proposées et de me procurer une carte de la ville indiquant les maisons dont l’architecture vaut le détour (moyennant 5$).

Côté randonnées, vous avez le choix parmi de nombreux itinéraires, allant de 1 à 9 heures de marche, pour randonneur débutant à experimenté. Le Visitor Centor vous indique les points de départs, le type d’équipement nécessaire et le tarif d’entrée (malheureusement la plupart des randos sont accessibles moyennant finance). Cependant, les paysages sont très chouettes : réserves indiennes, oasis… Pour les anglophones, vous pourrez trouver plus d’informations ici : https://www.visitpalmsprings.com/overview/play/hiking-in-palm-springs/13681

De mon côté, j’ai privilégié la visite de la ville, de ses maisons anciennes et de ses garages automobiles. Plusieurs garages proposent des voitures vintages magnifiques dont les prix valent le détour pour ceux qui souhaiteraient en ramener une ! La découverte des maisons se fait en voiture en vous promenant dans certains quartiers de la ville munis de votre plan. Si vous avez de la chance, vous pourrez même en visiter certaines grâce aux portes ouvertes à la vente.

Quelques maisons qui valent vraiment le détour :

♥ Au 1350 Ladera Cir, vous pourrez admirer la façade ou visiter (moyennant 35$ par personne) une maison ayant appartenue à Elvis Presley

E Francis Drive : toute la rue est très belle, une grande partie des maisons est peinte dans les teintes orangés, ce qui donne un esprit très 70’s,

N Star Road et E Glen Cir S : les maisons sont bordées d’entrées en gravillons gris, assez classe.

Le quartier Vista Las Palmas : surement le quartier le plus joli de la ville, les villas sont toutes plus belles les unes que les autres.

Côté logement, n’hésitez pas à vous y prendre à l’avance si votre budget est serré. Les rares hotels sont vite pleins et les prix grimpent. En réservant le jour même en basse saison, le plus petit tarif trouvé était de 90$ pour un motel (Motel 6 Palm Springs East).

J’ai profité d’une soirée libre pour aller voir un Music Hall au Mc Callum Theatre. Ce soir là jouait une représentation de West Side Story avec des tarifs débutant à 47$. Contrairement aux comédies musicales que j’ai pu voir à Broadway, il n’y a strictement aucun décor ici. L’orchestre est installé au milieu de la scène, surplombé par une grande rampe sur laquelle évoluent les comédiens.

Côté restau, pour les viandards, je ne saurais que vous conseiller le Babe’s Bar. Ils font des burgers, des ribs, des burgers aux ribs et des ribs aux burgers à tomber ! 

Jour 3
PALM SPRINGS > LAS VEGAS (5h)

Ensuite, direction Las Vegas ! La route commence en longeant le parc national Joshua Tree. Mauvaise surprise pour moi, le GPS annonçait 4 heures de trajet en empruntant une route qui s’avère n’être qu’un chemin de terre impratiquable… Comptez donc 4 heures en 4×4 ou 5 heures avec un véhicule standard.

J’ai commencé la visite de Vegas avec un petit détour par le fameux Pawn Shop de l’émission Pawn Stars. Ce détour n’avait cependant pas d’interet, ne comptez pas y voir les vendeurs de l’émission, ils n’y sont pas et la boutique est remplie de touristes.

Côté logement, vous avez de nombreuses possibilités très abordables. En effet, les casinos cassent les prix, surement pour que vous alliez y jouer ensuite. Cependant il faut faire attention aux taxes, en effet tous les hotels ajoutent des « taxes de nuit » d’environ 35$ (Booking indique le montant à la fin de la réservation). J’ai opté pour une nuit au fameux Stratosphere Hotel, dont la tour surplombe toute la ville. J’ai réservé pour 38$, à cela c’est ajouté 35$ de « frais de nuit » et j’ai du débourser 12$ supplémentaire pour avoir une chambre assez haute dans l’hotel (la premiere avait une vue sur le mur du parking). La piscine exterieure était fermée et l’hotel etait loin du strip mais le parking gratuit avec portier est assez appréciable.

Lors d’un autre passage à Vegas, j’ai opté pour le Flamingo Hotel (nuit à 28$) en plein milieu du strip avec une superbe vue et un parking à 10$ pour 24 heures. Bien meilleur deal !

Las Vegas comprend deux parties : le « nouveau » Vegas (le Strip) avec ses casinos mytiques (Caesar Palace, Bellagio…) et le « vieux » Vegas avec ses anciens casinos et ses écrans géants. Mon trajet comprenait deux passages à Vegas, j’ai donc choisi de commencer par le Strip et de visiter le vieux Vegas au retour. 

On me demande souvent si Vegas, « ça vaut le coup ». Je dirais que oui, mais pour une fin de journée + soirée. Je ne me serais en effet pas vu passer plusieurs jours là bas. L’ambiance de Vegas, assez loin de l’image de « ville du vice » qu’on peut imaginer, y est pourtant très singulière. Mais quel est donc ce mélange ? Et bien Vegas est une des rares villes Américaines où l’on peut boire et fumer librement dans les batiments et dans la rue, les gens s’y donnent donc à coeur joie. Ajouter à cela les boissons gratuites dès lors que vous êtes assis à une table de jeu, les magasins de luxe, les batiments immenses à l’architecture incroyable, les lumières et fontaines, les superbes danseuses et les gens qui flambent des centaines de dollars au jeu sans même y prêter attention… 

Si le strip parait relativement court une fois sur place, la visite des casinos prend du temps. Ils sont immense et s’avèrent être de véritables labyrinthes lorsqu’il s’agit de trouver la sortie. J’ai notamment passé plus de 2 heures à parcourir le Caesar Pallace.

J’ai pris le temps de découvrir le Strip, avec le petit Paris et sa Tour Eiffel, Venetian avec ses canaux et gondoles, les fontaines du Bellagio et les sculptures du Caesar Pallace.

Côté repas, c’est assez cher. Il est difficile de trouver des repas à moins de 30$ par personne sans boisson. J’ai donc opté pour un Fish & Ships au restaurant Gordon Ramsay (15$ avec boissons), un délice avec ses crevettes grillés et ses sauces maisons. Vous pouvez également déguster des sandwichs au homar dans un des snacks de la ville, c’est assez bon et original !

Jour 4
LAS VEGAS > FLAGSTAFF (4h)

Au matin et début d’après-midi, j’ai terminé la visite du strip puisque je n’avais pas eu le temps de visiter le Venetian.

Ensuite direction Flagstaff. Cette ville n’a pas grand chose à apporter et n’a pas très bonne réputation mais a l’avantage d’être très proche de l’entrée du Grand Canyon et les hotels y sont bons marchés (46$ la nuit au Motel 6 Flagstaff West). 

Jour 5
FLAGSTAFF > GRAND CANYON (1h30) > MONUMENT VALLEY (4h)

Au matin tôt, direction le Grand Canyon dont le prix d’entrée s’élève à 25$ par véhicule.

Sur place, je me suis rendue directement au Visitor Center afin de discuter avec les sheriffs des trajets conseillés en fonction du temps de marche souhaité. Pour la visite, le principe est simple, des bus vous amènent à différents points de vue et vous faites le trajet retour à pied le long des corniches qui jonchent le Grand Canyon (ou alors vous descendez juste prendre des photos avant de reprendre un bus). Pensez cependant à prendre votre repas avant d’y aller, les restaurants sont très chers, les snacks sont non seulement chers mais en plus très mauvais. Seules les glaces valent le détour ! 

La vue sur le Grand Canyon est vraiment magnifique et la route est très belle. Vous pouvez également opter pour le vélo qui est autorisé sur une bonne partie des sentiers. Il y a des boutiques vendant des bijoux magnifiques fais par les indiens Navajo. Des petites merveilles faites main dont le prix ne commence que très rarement en dessous de la centaine de dollars.

Je suis restée 5 heures sur place et ça c’est avéré suffisant pour avoir une vue assez complète du Grand Canyon. Côté température, au mois de mars il faisait très froid, pensez donc à vérifier la météo et à vous couvrir en conséquence. 

A la fin de la visite, j’ai repris la route direction Monument Valley. Côté logement, le Goulding’s Lodge est juste génial. L’endroit est assez mal indiqué si vous arrivez de nuit, mais les logements sont très grand et situés en plein coeur de Monument Valley. La vue au réveil sur la roche rouge est assez incroyable. 

Jour 6
MONUMENT VALLEY > PAGE  (2h30 )

C’est parti pour la découverte de Monument Valley !

Après avoir déboursé 25$ (tarif pour un véhicule), j’ai commencé par profiter de la superbe vue depuis le Visitor Center et par un passage à la boutique centrale. Quelques photos plus tard, j’ai repris la voiture pour parcourir la Valley Drive, une route qui parcours tout le site et qui est accessible à n’importe quel type de véhicule. Le tour dure 2 heures environ et la carte fournie à l’entrée permet de découvrir les noms des différents amas rocheux. J’ai bien aimée cette partie de la visite où, tel allongé sur l’herbe en regardant des nuages, vous essayez de trouver à quoi ressemble chaque monticule. Les native americans ont par exemple baptisé des roches Three Sister ou Camel Butte.

La vallée se trouve au coeur d’une réserve Navajo, il est donc possible de manger des plats typiques (il s’agit principalement de légumes bouillis…) et d’acheter des bijoux à la boutique centrale ou dans des petites cabanes. Côté tarifs, ceux pratiqués dans les cabanes sont beaucoup plus abordables, et vous pouvez trouver quelques pièces (boucles d’oreille, pince à cheveux…) pour moins de 30$.

A la fin de la visite, direction Page, une petite ville proche du Lake Powell et d’Antelope Canyon.

Jour 7
HORSESHOE BEND > ANTELOPE CANYON > LAKE POWELL > SAINT GEORGE

Après une nuit à Page, c’est parti pour 45 minutes de route, direction le premier stop de la journée, Horseshoe Bend !

Horseshoe Bend, c’est un méandre creusé dans la roche par le fleuve Colorado. La visite est gratuite et courte, comptez une petite heure le temps de grimper un peu et de prendre quelques photos. L’endroit est vraiment beau, avec sa vue sur le fleuve et sa forme de fer à cheval. Les différentes couleur sont magnifique sous le soleil. Vous pourrez en profiter pour envier les chanceux sur leur bateau en contre bas et attendre que les imbéciles qui font des photos en se suspendant tombent dans le vide.

Pour la découverte du Lake Powell, j’avais bien envie de le parcourir en bateau, mais au vu des prix, j’ai choisi l’option « pique nique en face du barrage » (via ce spot : Glenn Canyon Dam Overlook, Scenic View Rd, Page, AZ 86040, États-Unis) qui donne une vue très chouette sur le Colorado. 

Après cela, direction ce que j’attendais surement le plus, la visite d’Antelope Canyon !

Le canyon comprend deux sections visitables :  Lower Antelope Canyon et Upper Antelope Canyon. 

Qu’est ce qui les différencie ? La distance a parcourir est la même pour les deux (400m), mais Upper Antelope Canyon est un aller-retour sur le même chemin tandis que Lower Antelope Canyon fait une boucle. Upper Antelope Canyon est le plus visité, possède peu de marches et à un tarif bien plus élevé que le Lower Antelope Canyon. Cependant le chemin est plus large et il nécessite moins d’effort physique à traverser.

Pour ma part, j’ai choisi de visiter Lower Antelope Canyon. Après une réservation en ligne coûtant 52$ pour une visite d’une heure avec un guide, direction le point de rendez-vous.

Après une petite marche et les consignes du guide, c’est parti pour descendre les marches en métal qui permettent de s’enfoncer dans le canyon. 

Pendant la visite, le guide montre les endroits à photographier et donne quelques tuyaux pour régler son appareil photo. Prévoyez de l’espace de stockage, le canyon est juste magnifique, et vous allez probablement vouloir prendre des photos tous les mètres. Attention à réserver en avance en haute saison et n’hésitez pas à prendre un tour lorsque le soleil est au zénith afin de découvrir le canyon plongé dans la lumière. Cette visite est vraiment incontournable à faire tant ce canyon est magnifique.

Ensuite direction Saint Georges après un petit saut au Best Buy (Washington) pour faire des emplettes en éléctronqiue en profitant des prix bas du magasin et du taux de change avantageux!

Jour 8
SAINT GEORGE  >  LAS VEGAS (1h50) > DEATH VALLEY (2h)

Après une nuit à Saint George, j’ai refait une halte à Las Vegas afin de découvrir la seconde partie : Fremont Street. Au coeur de Downtown Las Vegas, la rue est aujourd’hui connue pour son plafond écran géant de 460 mètres de long. Cette partie de Las Vegas est complètement différente du Strip, les casinos y sont ici plus anciens et moins tape-à-l’oeil, il y a quelques concerts et artistes de rue et une tyrolienne géante parcours cet écran géant (Fremont Street Experience, 40$ par personne).  Pour les fans de la série, il y a également une attraction Walking Dead (Fear The Walking Dead, 24$ par personne pour 18 minutes d’attraction).

J’ai malheureusement visité cette partie la journée et découvert que les écrans n’étaient allumés que la nuit. Si vous souhaitez profité pleinement de cette partie de la ville, il faudra donc ajouter une nuit pour cette visite afin de profiter des spectacles sur les écrans géants, et pourquoi pas de la piscine de l’hotel du Golden Nugget dont le toboggan sub aquatique vous fait passer au milieu des requins ou encore pour vous marier à une des chapelles de la ville (à partir de 88$). 

Après cette visite rapide, j’ai repris la route direction la petite ville de Beatty, qui se situe à l’entrée de la Death Valley. 

Jour 9
DEATH VALLEY > RIDGECREST (1h30)

C’est parti pour la visite de la Death Valley… en doudoune ! En effet, si les températures estivales avoisinent les 40 degrés, les températures en ce mois de février étaient plutot aux alentours de 15°C. Attention donc à jeter un oeil à la météo avant de vous y rendre. En été, il est également interdit de parcourir la vallée si votré véhicule n’est pas équipé de climatisation.

Le tarif a payer pour entrer avec votre voiture dans la Death Valley est de 30$ par véhicule. Ensuite, on se déplace aux différents points de visite en voiture et on visite à pieds.

Contrairement à l’image désertique que l’on se fait, la vallée à de nombreux paysages différents à offrir et il faut s’y rendre tôt le matin pour avoir le temps d’en voir un maximum si on veut n’y passer qu’une journée.

Parmis les spots que j’ai préférés :

  Devil’s Golf Course : accessible directement en voiture, ce point au milieu d’un lac de sel comprend de nombreux monticules de roches surmonté par du sel.

   Artiste’s Palette : au coeur de la très jolie route Artiste Drive, ce point de vue permet d’admirer des roches chargées de différents métaux qui lui ont donné des teintes effectivement digne d’une palette de peintre.

   Dante’s View : pour avoir une vue imprenable sur toute la Vallée.

   Mequite Flat Sand Dune : des dunes de sable qui vous donne l’impression de vous être téléporté au Maroc.

   Badwater Basin : surement mon spot préféré, ou on peut marcher sur une large étendue saline.

La visite de Death Valley est vraiment magnifique a faire, avec des paysages très variés et hauts en couleur.

La sortie de la Death Valley est aussi assez impressionnante, les villes traversées semblent désertes et les maisons délabrées donnent une athmosphère assez post-appocalyptique. 

Jour 10
RIDGECREST > SAN DIEGO (3h45)

Après une nuit à Ridgecrest, deux options s’offrent à vous : rejoindre Los Angeles en 2h40 et ainsi boucler le périple en 10 jours ou continuer votre road trip vers San Diego.

De mon côté, ayant encore une voiture pour quelques jours, j’ai choisi de continuer jusqu’à San Diego. Je me suis donc garée sur un des parkings de la ville et je suis allée jusqu’au bord de mer grâce à un Bird. Mais qu’est ce donc ? Bird ou Lime (deux compagnies proposant le même service) est une trotinette électrique que vous pouvez trouver un peu partout dans la ville. Le principe est très simple, vous voyez une trotinette, muni de l’application de la marque vous scanner le QRcode de l’engin et vous payer ensuite au temps d’utilisation. Quand vous n’en avez plus besoin, vous la mettez n’importe où (par n’importe ou j’entend que vous n’avez pas à la ranger dans un rack mais on évite quand même de la mettre au milieu de la route…) et vous stoppez le trajet sur l’application. C’est donc un moyen très fun, peu onéreux et très peu contraignant de parcourir la ville !

San Diego est une très jolie ville. J’ai particulièrement aimé Seaport Village avec ses petits parcs arborés, ses boutiques en bois et ses bateaux. Je vous conseille le restaurant sur piloti, San Diego Pier Café, où ils servent des tacos de poissons à tomber ! Et si vous avez de la chance, vous pourrez admirer des lions de mer passer d’un côté à l’autre du restaurant. 

Parmi les autres points de la ville à visiter, le stade de Baseball Petco Park et son Hall of Fame exterieur, Fifth Street avec ses jolies boutiques et bar à thème, qui débouche sur la très célèbre arche « Historic Heart of San Diego ».

Autre découverte culinaire de la ville, la pizzeria Bueno Forchetta. Il faut venir tôt ou prendre à emporter si vous voulez y manger, mais leurs pizzas sont juste merveilleuses ! 

Jour 11
SAN DIEGO > LOS ANGELES (2h)

Deuxième journée de visite à San Diego, direction l’USS Midway, un porte avion de 296 mètres mis en cale en 1943 (24$ par adulte).

C’est probablement le type de musée que je préfère, et j’ai donc eu le loisir d’en visiter quelqu’un aux Etats Unis mais celui-là est particulièrement agréable à visiter grâce à un audioguide très instructif en Français et à de nombreuses « attractions ». Ainsi, sur ce porte-avion on peut s’asseoir à la place du pilote dans plusieurs avions ou encore profiter de spectacles vivants (le jour de ma visite, j’ai pu assisté à un atterissage en parachute de quelques officier de l’US NAVY). Comme dans beaucoup de porte-avions Américains, vous êtes acceuillis par d’anciens militaires qui se font un plaisir de vous renseigner. Attention cependant à ne pas trop trainer, l’USS Midway n’est ouvert que de 10h à 16h et ce temps est assez court avec tout ce qu’il y a a voir !

Depuis le porte avion, on profite également de la superbe vue sur la ville et sur la statue Unconditionnal Surrender de John Seward Johnson issue de la célèbre photographie d’Alfred Eisenstaedt, V-J Day in Times Square. Cette statue haute de 7,6m et très controversée lors de son installation, peut d’ailleurs être observée de plus près depuis le port. Si vous souhaitez en apprendre davantage, rendez vous sur cet article très intéressant : https://www.sunsetbld.com/blog/kissing-the-war-goodbye-histoire-photo/

Après cette visite, je suis donc retournée à Los Angeles pour cloturer ce périple.


Pour résumer rapidement les quelques tarifs pour les 10 jours de visite :

Type Informations Total
Location de voiture   313
Hotel 70$ par jour en moyenne 700
Repas 5$ le petit dejeuner
15$ le midi
15$ le soir
350
Visites Carte de visite Palm Spring 5
  Entrée Grand Canyon 25
  Entrée Monument Valley 25
  Visite Antelope Canyon 52
  Death Valley 30
  USS Midway 24
Total (sans le carburant)   1524

Merci de votre lecture, n’hésitez pas à me poser des questions ou à réagir en commentaire ou par email. 

Je précise également que je ne suis en aucun cas sponsorisé, tous les avis présentés ici correspondent donc uniquement à mon appréciation. 

Laisser un commentaire